top of page
  • Photo du rĂ©dacteurMafolielivresque

đŸŽ™ïž SONJA DELZONGLE : L’ INTERVIEW !


Photo : Melania Avanzato


Auteure de romans noirs Ă  succĂšs, la belle et talentueuse Sonja Delzongle, m’a fait l’honneur de se prĂȘter au jeu de mes questions pour cette 6Ăšme interview.


MERCI INFINIMENT SONJA POUR TA PARTICIPATION ET TA GENTILLESSE


AprĂšs un DEUG de Russe et d’Anglais, six ans aux Beaux-Arts de Dijon et un diplĂŽme en poche, Sonja a exposĂ© pendant une quinzaine d’annĂ©es en galerie et autres lieux.

Elle s’installe Ă  Lyon, devenue sa ville d’adoption depuis plus de vingt ans, oĂč elle a Ă©tĂ© journaliste pigiste (ProgrĂšs, magazines de terroir et de restauration).

Elle a rencontrĂ© son premier Ă©diteur, Jacques AndrĂ©, qui a publiĂ© en 2007 son tout premier roman d'une cinquantaine de pages, La journĂ©e d'un sniper, dans sa collection Court, suivi de son second roman, À titre posthume, un thriller divertissant et caustique en 2008.

En 2012 est paru, chez un Ă©diteur Ă  MontrĂ©al, Cogito Éditions, Le hameau des Purs qui sera rĂ©Ă©ditĂ© plus tard par Folio Policier.

Mais la grande aventure dans le thriller commence vraiment avec Denoël qui sort, en 2015, Dust, le premier des quatre volets avec la profileuse Hanah Baxter.

Aujourd'hui, elle est toujours auteure de thrillers et de romans noirs et plus que jamais motivĂ©e et inspirĂ©e, avec un changement d'Ă©diteur en 2023 et la parution de Thanatea chez Fleuve dans la collection Fleuve Noir oĂč vient de paraĂźtre, le 11 janvier 2024, son tout dernier thriller, Noir comme l’orage.


  • Qu’est-ce qui t'a poussĂ© Ă  Ă©crire ? Et pourquoi le thriller ?


Ayant su lire Ă  l'Ăąge de quatre ans, je dĂ©vorais tous (ou presque) les livres sur mon passage ! Ensuite, j'ai dĂ©couvert que mon pĂšre, professeur et docteur en philosophie, avait publiĂ© dans sa jeunesse un roman en auto-Ă©dition avant de revenir Ă  la charge, cette fois dans la littĂ©rature pour jeunesse Ă  l'École des Loisirs avec trois livres. C'est un bain littĂ©raire familial ainsi que, je pense, ma vie d'enfant unique durant laquelle, pour Ă©vincer l'ennui, je m'inventais et me forgeais des mondes avec des personnages imaginaires, qui m'ont donnĂ© l'envie d'Ă©crire. J'ai longtemps cherchĂ© ma voie et ma voix, le genre littĂ©raire qui me correspondrait le mieux. Mon cheminement m'a conduite au thriller. DĂ©jĂ  en tant que lectrice et cinĂ©phile, avec des prĂ©fĂ©rences de plus en plus marquĂ©es pour la noire aprĂšs des annĂ©es de lectures de grands classiques et contemporains français, anglo-saxons, russes, tchĂšque, polonais, serbes et italiens et, lorsque la guerre des Balkans a Ă©clatĂ©, touchant ma famille dans sa chair et moi dans mon Ăąme, il s'est produit un autre dĂ©clic dans l'Ă©criture de La journĂ©e d'un sniper, sur les stigmates de la guerre, mais aussi sur l'espoir de retrouver son humanitĂ© aprĂšs en avoir Ă©tĂ© dĂ©possĂ©dĂ©. 


  • Le sujet de ton livre « THANATEA » s’est-il imposĂ© de lui-mĂȘme ?


En un sens oui, je le portais dĂ©jĂ  en moi, comme tant d'interrogations sur notre condition de mortels, sur le mystĂšre de la mort, sur l'aprĂšs...mais aussi parce qu'Ă  quatorze ans, j'ai tenu la main de ma grand-mĂšre maternelle lorsqu'elle a rendu son dernier souffle dans sa chambre d'hĂŽpital, expĂ©rience presque mystique (alors que je n'ai pas de croyances particuliĂšres) qui m'a plongĂ©e dans des lectures sur les expĂ©riences de mort imminentes et de nombreux travaux sur le sujet. Souvent, un roman est le fruit d'une lente maturation. Dans Thanatea, il est question bien sĂ»r de la mort sous tous ses aspects, surtout la libertĂ© de mourir, mais aussi du crime, de la nĂ©crophilie et des motivations obscures qui peuvent pousser l'ĂȘtre humain de façon pulsionnelle dans le morbide.


  • OĂč Ă©cris-tu ? À quel moment de la journĂ©e ? Combien de temps consacres-tu Ă  l’écriture ? 


Chez moi. L'aprÚs-midi. Plusieurs heures par jour. 


  • Fais-tu un plan ou ton histoire vient Ă  toi d'elle-mĂȘme ? As-tu besoin d'une ambiance particuliĂšre (musique, lumiĂšres, etc 
 ) ?


Je construis un plan au préalable, des personnages, avec leur profil et leur background comme on dit en français, mais rien n'est figé dans le marbre. Je n'ai besoin de rien d'autre que d'un café pour démarrer, d'un carré de chocolat ou deux, de silence, de la respiration de mes deux Chihuahuas qui dorment paisiblement à cÎté de moi. 


  • Comment fais-tu tes recherches pour les lieux, les personnages, afin d'apporter du rĂ©alisme Ă  ton histoire ? 


Mes expériences et mes voyages viennent enrichir une documentation et je fais la plupart du temps mes recherches à travers une bibliographie ou des sites sérieux dont internet fourmille. Parfois, il y a des rencontres aussi, à l'origine de certains de mes personnages. Le réalisme est le socle de mes romans, mais l'imaginaire en est la plus grande part et la plus riche.


  • Pour terminer cette entrevue, je te laisse le mot de la fin



Je te remercie, Marie-Laure, pour ce travail de lecture et de prĂ©paration, mĂȘme si c'est une passion pour toi et tes ami(e)s blogueuses et blogueurs. Il n'en reste pas moins que c'est du temps consacrĂ© Ă  chaque roman et une belle vitrine. 




Pour dĂ©couvrir plus amplement l’univers littĂ©raire de cette grande auteure de thriller, vous pouvez vous procurer ses livres aux Éditions DenoĂ«l et Fleuve noir.



Aux Éditions DENOËL


Aux Éditions Fleuve dans la collection Fleuve Noir

Sur cette Ăźle qui ne figure sur aucune carte, les morts sont rois.

Thanatea. Un nom qui sonne comme celui d’une femme ou d’une dĂ©esse. Un mot plutĂŽt agrĂ©able, exotique, Ă  condition de ne pas en connaĂźtre la racine grecque, thanatos, la mort. Le plus long des voyages. L’éternitĂ©.


Une autre qu’Esther aurait sĂ»rement pris peur mais, durant ses annĂ©es passĂ©es Ă  la police judiciaire, celle-ci a cĂŽtoyĂ© la mort sous ses aspects les plus sombres, les plus violents. Un quotidien qui l’a usĂ©e, au point d’ĂȘtre prĂȘte Ă  tout quitter pour rejoindre cette entreprise de pompes funĂšbres situĂ©e au cƓur du lac LĂ©man. Et mĂȘme si ce nouvel environnement s’annonce quelque peu macabre, au moins elle n’aura plus Ă  voir les stigmates d’un meurtre sur la chair, les organes, les os. LĂ -bas, la mort sera un concept, du marketing, elle sera travaillĂ©e, pensĂ©e, enrobĂ©e dans du velours ou du satin. LĂ -bas, Esther espĂšre trouver enfin la paix




=> NOIR COMME L'ORAGE

Son nouveau thriller, sorti le 11 janvier 2024

Quatre scÚnes de crime. Sept victimes. Une seule arme : la foudre.

AprĂšs une nuit d’orage, alors que la saison touristique commence Ă  peine, des corps sont dĂ©couverts sur l’üle d’OlĂ©ron et ses alentours, attachĂ©s Ă  des pieux mĂ©talliques plantĂ©s dans le sable face Ă  l’ocĂ©an, foudroyĂ©s. Sept dĂ©pouilles au total. Et des modes opĂ©ratoires trĂšs proches.


Le capitaine Max Fontaine, en poste Ă  la PJ de La Rochelle, va aussitĂŽt ĂȘtre chargĂ© de l'affaire. Sa priorité : trouver le lien qui unit les victimes pour espĂ©rer remonter jusqu’à leur assassin. Il ne se doute cependant pas de la douloureuse Ă©preuve personnelle qu’il s’apprĂȘte Ă  traverser, ni de la solitude, de l’impuissance et de la rage qui vont l’habiter durant cette enquĂȘte. Car de nombreux obstacles se dresseront sur sa route avant qu'il puisse accĂ©der Ă  la vĂ©ritĂ©.



Vous pouvez aussi découvrir la plume de Sonja Delzongle parmi ces collectifs :



Jack Koch a invité 200 auteurs, connus et moins connus, français et étrangers, issus de tous les genres littéraires, à offrir leur définition de l'amour, qu'il a ensuite illustrée.

Le rĂ©sultat : 400 pages empreintes de poĂ©sie et d’humour.




Des auteurs de polar s'engagent pour ELA.

Pour ce projet, ils ont tous un point commun : se rassembler pour donner naissance Ă  Phobia.

Dans ce recueil de nouvelles inĂ©dites, nos phobies sont dissĂ©quĂ©es – peur du noir, de la mort, des araignĂ©es et mĂȘme des cons... – et nous lecteurs, sommes malmenĂ©s, certes, mais pour la bonne cause!


1 livre achetĂ© = 1 € reversĂ© Ă  l'Association ELA



Treize auteurs se sont rĂ©unis pour nous proposer des histoires qui jouent avec les diffĂ©rentes dĂ©finitions de l’audition.

Dans ces nouvelles, ils ont donnĂ© libre cours Ă  leur sombre imagination pour crĂ©er une atmosphĂšre, des personnages inoubliables et une tension qui monte crescendo dĂšs les premiers mots
 et jusqu’à la chute.


Plongez-vous dans ces histoires surprenantes. Laissez-vous murmurer à l’oreille, et Écouter le noir.



30 ans la Griffe Noire : À peine entrĂ©e dans la librairie


  






Des nouvelles originales et terrifiantes à la rencontre de personnages cruels ; ces histoires délicates satisferont vos papilles et méninges les plus affûtés.


Un recueil plein de vengeance, de coups bas et mortels, Ă  savourer froid au chaud, avec tous les sens en alerte.





 

En bref



PremiĂšre rencontre avec Sonja, aux Quais du Polar Ă  Lyon en 2016.

Depuis, je suis son parcours et c’est toujours un rĂ©el plaisir de la retrouver sur les salons littĂ©raires.


Lire un thriller de cette auteure, c’est l’assurance de passer un agrĂ©able moment de lecture.


Sonja maßtrise, à travers sa plume fine, visuelle et poétique, la littérature noire.





Vous pouvez suivre Sonja Delzongle sur :



Vous trouverez ci-dessous les chroniques pour :


Avec la profileuse Hanah Baxter :






DĂ©couvrez son dernier thriller, sorti le 11 janvier 2024,

disponible en brochĂ© chez Fleuve Éditions 

et en version numĂ©rique aux Éditions de l'ÉpĂ©e

âšĄïžâšĄïžâšĄïžâšĄïž








âžĄïžÂ Prochaine interview :


Je vous proposerai une rencontre avec SĂ©bastien Jullian.

Auteur de quatre romans « Dualité », « Le berceau du talion », « Des profondeurs je crie vers toi » et « On l’emportera dans la tombe ».

Il est fan d'oeuvres cinématographiques et littéraires. Il est aussi passionné de musique, notamment le Heavy Metal.


147 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page